Lydia Delbosco, vous dirigez un cabinet de conseil en management et transformation des entreprises avec des approches innovantes mobilisant plus particulièrement l’intelligence collective.

 

Quelles clés pourriez-vous partager avec nos lecteurs en ce début d’année, notamment dans le contexte de changement avec les nouvelles modalités de travail ?

 

Voici 3 clés utiles pour stimuler la dynamique de l’action, cultiver l’optimisme et mobiliser l’intelligence collective.

 

#Clé N°1 : SE METTRE EN MOUVEMENT

 

Comme le dit si justement Edgar Morin « En période d’incertitude la volonté de maîtrise est vaine, il s’agit d’accompagner ».

 

La clé est de se concentrer sur ce qui est maîtrisable plutôt que sur ce qui ne l’est pas et mobiliser les ressources disponibles pour se mettre en marche.

Il faut savoir écouter la petite voix intérieure qui nous dit « Vas-y même si tu n’as pas toutes les réponses ».

Utilisez le « comment » qui stimule l’action plutôt que le « pourquoi » qui immobilise sur le problème. Remplacez par exemple « Pourquoi cela ne fonctionne pas bien ? » par Comment pourrions-nous faire pour que cela fonctionne mieux ?

Avancer dans l’incertitude est le quotidien du jeune chef d’entreprise dans sa phase pionnière. Souvenons-nous de cette phase de création où l’on raisonne plus spontanément en termes de « solutions » !

 

La méthode « test and learn » est aussi un bon moyen de passer à l’action et un formidable levier d’apprentissage.

 

 

#Clé N°2 : CULTIVER L’OPTIMISME

 

Notre cerveau (reptilien) offre prioritairement à nos peurs la première place sur le podium de nos émotions. Or, seulement 8% de ces peurs sont fondées sur une menace concrète.

En période d’incertitude, ce biais de négativité se renforce et nous avons tendance à pointer les risques plutôt que les bénéfices.

 

Cultiver un « optimisme raisonné » comme le préconise Philippe Gabilliet, (auteur de « l’Eloge de l’optimisme » Ed.Saint-Simon) permet d’augmenter nos chances de succès. Il s’agit d’envisager les aspects positifs de la situation tout en restant réaliste, et d’en être acteur.

 

A noter qu’en mode positif, notre cerveau est 31% plus productif qu’en mode négatif, neutre ou stressé (HBR 2012 -Shawn Achor)

 

   Quelques bonnes pratiques pour s’entrainer à l’optimisme :

 

  • Combattre la formulation négative car elle est un frein à l’action (par exemple, transformer « Je ne suis pas bon en anglais » par « J’ai besoin de progresser en anglais ou encore « Tu n’as pas réussi cet entretien » par « Tu aurais pu t’y prendre différemment »...)

 

  • Chaque fin de journée, réaliser la liste de nos petites et grandes réussites (nos kifs) plutôt que pointer ce que nous n’avons pas rayé sur la to-do-list. Et pourquoi pas, faire un mur des Kifs au bureau où chaque semaine chacun vient déposer son post’it avec sa ou ses petites et grandes victoires de la semaine.

 

  • Prendre soin de la qualité de sa relation aux autres (une étude sur le développement humain réalisée à Harvard a démontré que de bonnes relations sociales permettraient de vivre plus longtemps, plus épanoui, en meilleure santé). En entreprise cela revient à développer une communication relationnelle authentique et bienveillante et à donner un feedback constructif mettant l’accent sur les points forts.

 

  • Dire merci. Exprimer sa gratitude active les neurotransmetteurs qui produisent la dopamine et la sérotonine. Le pouvoir d’un merci (pour celui qui le formule comme celui qui reçoit) est beaucoup plus puissant qu’on ne l’imagine !

 

 

#Clé N°3 : MISER SUR L’INTELLIGENCE COLLECTIVE

 

Coopérer - Coconstruire – Collaborer – se Codévelopper ...

 

Car « un groupe est bien plus que la somme des individus qui le composent ».

 

La psychologie positive (ou science du fonctionnement optimal des individus et des organisations) a démontré que nous avons besoin de nous sentir reliés pour avancer.

 

Contribuer est un levier de motivation et de mobilisation important.

Qu’il s’agisse de mobiliser les équipes, renforcer la cohésion, réfléchir collectivement à de nouvelles solutions, stimuler la créativité ou résoudre des situations complexes, l’approche collaborative stimule le partage, libère la parole et développe l’engagement.

 

Initier des temps collectifs de coconstruction (en présentiel ou à distance) vous permettra de créer un élan collectif autour de votre objectif commun.

 

Pour se développer et progresser entre pairs nous vous inviter à expérimenter le codéveloppement.

 

Le Codéveloppement professionnel est une approche puissante qui mise sur le groupe et sur les interactions entre les participants pour favoriser l'atteinte de l'objectif fondamental : améliorer sa pratique professionnelle.

Il s'agit d'une communauté d'apprentissage qui progresse tout en faisant progresser les autres.

Au cours d’une séance de codéveloppement, toutes les idées sont importantes. Il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste du sujet pour participer. L’idée est de miser sur l’intelligence collective du groupe pour avancer ensemble.

La démarche :

  • Partir de l’expérience plutôt que du savoir et tirer des enseignements de l’action (lors de la séance suivante)
  • S’appuyer sur la dynamique de groupe
  • Créer un espace de recul et d’effet miroir

 

En pratique :

  • 5 à 8 participants / séance  
  • 3 rôles : Le « client » porteur d’un sujet ou d’une problématique qu’il soumet au groupe -  Les « consultants »  (contributeurs au service du « client ») - L’animateur (facilitateur qui guide de groupe au cours des 6 étapes du processus)

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces différentes approches, vous pouvez contacter Lydia : lydia.delbosco@codesucces.fr